Allaitement : 3 mythes à déconstruire.

L’allaitement, est je crois un des sujets qui se prête le plus aux polémiques lorsqu’on parle de maternité. Et pour cause, en France nourrir son enfant au sein est toujours au cœur d’idées reçues et de préjugés en tout genre. Le but de cet article n’est pas d’incriminer les mères qui donnent le biberon. Ou de vouloir absolument imposer une idéologie. Mais simplement de mettre en lumière des informations, simples, clairs et logiques.

 

Idée reçue n°1 : Allaiter au sein est plus compliqué que le biberon.

 

« T’es sur que tu ne veux pas lui donner un biberon ?…Ça serait tellement plus simple ! ». Combien de fois, ai-je entendu cette phrase. Il m’est même arrivé je dois l’avouer, d’y croire un peu lorsque j’étais enceinte. L’idée de me dire que d’autres pouvaient nourrir mon enfant à ma place (et me permettre de me reposer) avait de quoi me tenter.

Tout d’abord, pour une mam’ allaitante il est toujours possible de tirer son lait, si elle souhaite avoir un relais lors des repas. Mais donner le sein compte plusieurs avantages : pas besoin de se trimballer avec pléthores d’accessoires (bouteille d’eau, pot pour lait en poudre, biberons) tout est dans le sein et à bonne température ! Lors des réveils nocturnes, nul besoin encore de se traîner jusqu’à la cuisine pour préparer le biberon avec en fond sonore les pleurs de bébé. Il suffit simplement de prendre son enfant contre soi (en cododo dans l’idéal), de sortir son sein et hop la nuit peut reprendre son court. Vous avez dit difficile ? Sans compter, les bénéfices émotionnels et physiologiques : un bébé rassuré et couvé, une relation mère-enfant comblé, un système immunitaire renforcé et un apport nutritionnel optimal…(pour ne citer qu’eux).

 

Idée reçue n°2 : Allaiter au sein ne nourrit pas assez le bébé.

 

Autre remarque a laquelle j’ai du faire face à de nombreuses reprises : le fait que mon fils n’était probablement pas assez nourrit. Pourquoi ? Car dans ses 1ère semaines, il tétait (selon certaines personnes) de façon totalement anarchique et excessive. Le fait de voir un enfant réclamer le sein une dizaine de fois par jour, voir plus avait de quoi inquiéter. « Si il tète autant, c’est qu’il n’arrive pas à être rassasié non ? Tu devrais le supplémenter, il ne va pas grossir à ce rythme ! ».

Tout d’abord, le système digestif d’un nourrisson est immature et prématuré. Il est dans l’incapacité de digérer tout et n’importe quoi. Pour cela le lait maternel est idéal, car il s’adapte à ses besoins physiologique et devient très digeste pour lui (il se digère en moins d’une heure environs) et ne fatigue pas son foie et ses reins. Ensuite, il faut comprendre que prendre le sein relève d’un véritable sport pour le nourrisson, il aura tendance à s’endormir rapidement au cour de son repas. Pour cela, renouveler les prises au sein régulièrement et de manière efficace assure une nutrition optimale.

De plus, dans les débuts l’organisme de la mère à besoin de se réguler progressivement pour savoir quelle quantité de lait produire. C’est dans les débuts que le rythme s’installe et en fonction du nombre des tétés. Alors non, un nourrisson (et même un bébé de quelques mois) ne se contente pas de 3 repas par jours avec 1 collation. Multiplier les tétés efficaces est idéal pour s’assurer que son enfant, se nourrit correctement et à un bon rythme.

Toutefois, dans certains cas il est tout de même bon de surveiller la courbe de poids. Certaines mères sont surprise de voir que leurs enfants, ne grossit pas autant qu’il ne le devrait. IL est important dans ces cas là, de consulter un spécialiste (une conseillère en lactation est un vrai plus !) afin de cerner le problème et d’y remédier.

 

Idée reçue n°3 : Allaiter au sein empêche le père de trouver sa place.

 

La relation père – enfant se construit-elle uniquement sur l’aspect alimentaire ? N’y a t’il pas moult façons d’introduire des bases saines, aimantes et bienveillantes autre qu’avec un biberon ? L’allaitement est quelque chose qui se décide en général avant l’arrivé du bébé. Une fois le moment venu, le père aura 1001 façons de s’occuper de son enfant : lui donner le bain, le changer, le promener, le bercer…Et pour les pères désireux de donner à manger, tirer son lait est toujours possible sans pour autant perturber sa production. Attention toutefois à la confusion sein/tétines dans les 1ères semaines.

 

 

Avec du recul, je me rends compte à quel point le manque d’information joue un rôle prépondérant dans l’esprit de nombreuses mères lorsqu’il est question de nourrir son enfant. J’espère voir à l’avenir une réelle sensibilisation, afin d’informer au mieux les mères désireuse de nourrir leurs enfants au sein. Si le coeur vous en dit, n’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire 🙂

 

 

*Cet article est volontairement court et concis. Le sujet de l’allaitement étant très vaste et demande beaucoup de précision (plusieurs articles sont à venir dans la même thématique).

 

 

2 Replies to “Allaitement : 3 mythes à déconstruire.”

  1. Merci pour cet article ! En effet allaiter peut vite être décourageant du fait de l’entourage et de toutes les remarques qu’on entend à longueur de temps. Il faut être déterminé et croire à 200% en son choix, fréquenter /discuter avec des personne partageant le même point de vue ça peut aider.

    1. Merci pour ton retour 🙂 Et oui, effectivement c’est un choix qui implique d’avoir la tête sur les épaules et d’être surtout bien informé ! À bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :